Jalousons puis pleurons

L’on se hante
Les uns les autres
Et l’on se vante
D’être quelqu’un d’autre.

On force jalousie
À devenir notre amante
Et jouons de la vie
Que l’on s’invente.

La souffrance d’autrui
Nous fait tant de bien
Que l’on détruit
Tout ce qui nous donnait lien.

Et quand cette guerre
D’estime insensée
Aura fini sans un vers :
“Pourquoi l’ais-je commencée ?”

  • Vues3408
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

dictum leo Donec Phasellus eget venenatis, elit.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?