Intolérance

Quand la sorcière Messaline
Epousa le pendu de la banlieue de Là-Bas,
Des corneilles potinières
Tenaient entre leur serres brûlées
Son long voile de satin blanc.
Des clochards qui cachaient
Du verjus et des musaraignes
Dans leur cache-misère,
Chantaient en broutant les nuages
Et en mâchonnant des injures
Qu’ils crachaient
Aux cravates et autres redingotes.
Ce fut un bien beau mariage
Les morts accouraient en portant
Leur cercueil sous leurs bras terreux,
Les fous dansaient avec des éléphants
Et les loups faisaient les choeurs,
Bras dessus,bras dessous
Avec des lèvres de noirs
Qui n ‘avaient pas le blues.
Un métropolite taquinait les moustaches de Staline,
*Amstrong enfourchait un balai
Et s’envolait vers la lune,
Hamlet, sur son luth constellé,
Chantait les aventures galantes
De Shakespeare.
Quand Messaline la sorcière
S ‘étendit
Sur un lit
De paille et de confetti,
Des philistins déguisés en croix
Y mirent le feu,
Juste pour rigoler un peu.

Morale de l’histoire
Il ne faut jamais s’assoupir dans le foin

*Il s’agit de l’astronaute, pas du cycliste qui n’avait pas besoin d’un balai pour s’envoler…

  • Vues1744
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2022 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Curabitur elit. libero non efficitur. Phasellus felis velit, lectus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?