Il faut que vous compreniez

Les journées peuvent vous paraître très dures,
Les réactions que nous avons, chagrinent vos âmes pures.
Sachez que notre cœur n’a jamais autant aimé,
N’a jamais si bien battu, que depuis que vous êtes nés.
Nous ne nous aimons plus comme des parents devraient s’aimer,
Mais nous nous apprécions et ne voulons pas tout gâcher.
L’amour que nous avons pour vous est irréversible,
Vous êtes notre bien le plus cher, le plus sensible.
Vous n’êtes pas fautifs, c’est une histoire de grands,
Vous n’avez rien fait. Parlent nos des sentiments.
Vous les apprendrez bientôt dans les épreuves de la vie,
Aujourd’hui en est une. Vous vous sentez trahis.
Il n’y a pas de haine ou de méchanceté,
Entre vos deux parents qui ne veulent que vous aimer.
Une séparation peut faire du bien aux cœurs,
De vos deux parents malades qui tous les soirs pleurent.
Ne sachant pas comment annoncer cette rupture,
Ils souffraient chaque nuit, craignant une cassure.
Craignant que vous nous en vouliez d’avoir caché cela,
De ne vous avoir rien dit, que vous ne sachiez déjà.
Demain sera nouveau pour chacun d’entre nous,
Et votre père et votre mère ne se tordront pas le cou.
Nous resterons unis, tout proche de vos besoins,
Nous sommes vos parents et vous voulons du bien.
Si des choses vous échappent, si en vous, quelques questions,
N’hésitez pas, en pleine nuit, à réclamer notre attention.
Nous voulons votre bonheur et ces larmes sur vos joues,
Nous rendent tristes aussi. Nous vous aimons plus que tout.

 

Stéphane CHENEVAS-PAULE

05/10/12-22/09/16

  • Vues1365
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

commodo elementum pulvinar in leo. accumsan

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?