Halo

La poussière muette recouvre le manoir
Sa tapisserie rouge, hurlante et lacérée
Souffle les échos vides d’un parfum triste et noir
Dans les couloirs résonne la souffrance cendrée

Dans mon vieux Chesterfield, assis dans le néant
Je scrute l’horizon aux lueurs déclinées
Entre un verre de gin et un mégot brulant
S’incline le ciel aux couleurs assassinées

Alors que la lumière sanglante succombait
Les pierres du manoir se mirent à tomber
La poussière s’effondre et meurt avec violence

Au milieu des décombres de mon tendre foyer
À travers les débris de mon esprit noyé
Apparait un halo, dans un divin silence

  • Vues1594
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

non Donec ipsum efficitur. vulputate, consectetur venenatis

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?