Fin juin

Le grand bois, d’un vert tendre, a brodé sa lisière ;
Et, semblant se griser de l’agréable odeur
Qu’exhale du vallon le beau genêt en fleur,
Un if, hôte des lieux, dresse une tête fière.

Mais, déjà, dans les prés le long de la rivière,
L’herbe a dû se coucher sous les pas d’un faucheur,
Sous sa lame acérée, et du foin, la blondeur
S’est parfaite au soleil une semaine entière.

C’est un passé lointain qui daigne revenir…
Si présent à mon cœur glanant le souvenir,
Que je revois encor ce robuste attelage,

Qui traîne en renâclant son imposant fardeau,
Et brusque ses brancards, sentant le pâturage,
Sur l’étroite cavée aux abords du cours d’eau.

  • Vues3867
  • Aime3
  • Évaluations12345

3 Commentaires
  1. Auteur
    brunot 3 mois Il y a

    Il y a encore un con qui est passé

  2. mohaga 3 mois Il y a

    Un propos raciste ne reflète guère
    L’image de littéraire poète ?
    Puisque tu fais le juge et le gendarme
    Où, es-tu ? Cher collègue
    Pour arrêter ce con, comme tu prétends ? Quand il a vibré la page d’accueil
    Afin d’immerger ses lecteurs dans le bonheur ?

  3. Auteur
    brunot 3 mois Il y a

    Tu parles de qui et de quoi, au juste ?

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Praesent et, vulputate, ut efficitur. libero. felis tempus venenatis, sit commodo

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account