Et tu créas la femme

Et tu créas la femme

Je te revois à quinze ans
dans ta robe blanche,
naïve et sans amant
à l’aube de tes hanches

Aux frontières de l’été
tu dessines tes amours
et de tes doigts l’éternité
et chacun de ses pourtours

Le temps est immuable,
ton sourire passager,
ta foi insaisissable
était à son apogée

Car je me vois à trente ans,
vêtue de ma robe noire
sans froufrou et sans volant
couchant tous nos espoirs…

Lil”

  • Vues1583
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Phasellus justo facilisis Aenean id efficitur. id, pulvinar Sed diam ut commodo

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?