ET AINSI DE SUITE


– Bonjour Monsieur Lemarchand, je vous en prie asseyez-vous.
La poignée de main tendue était ferme, elle appartenait à un homme dont le temps était précieux.
– Bonjour Maître.
Arsène n’était pas intimidé, il avait gommé une grande partie de ses inhibitions en endossant le rôle de Pierre. De toute sa vie bien rangée, il n’avait jamais eu affaire aux avocats ou aux notaires et il lui semblait qu’il était en train de vivre une situation surréaliste, dans un décor tout aussi surréaliste.
– Bien, comme je vous le disais au téléphone, je dois vous lire un document qui n’est autre que le testament de feu Raymond Colliquet.
Arsène n’eut pas de réaction immédiate, il avait juste froid et cela occupait une bonne partie de son attention.
– Mais d’abord je dois vous donner une lettre qu’il vous a écrite au cas où il lui arriverait quelque chose.
– Vous savez de quoi il est mort ? Demanda Arsène.
– C’était un homme au cœur fragile, qui avait déjà eu plusieurs alertes, la dernière a été décisive.
En cinq ans de complicité Raymond ne lui avait jamais parlé de ses problèmes de santé. Il réalisa que finalement il savait assez peu de choses de lui. Ces deux là, ils se voyaient pour le meilleur et le meilleur, ce pouvait être simplement deux silhouettes assises sur un banc occupées à regarder les étoiles.
Maître Lamarre lui tendit la lettre, Arsène la décacheta fébrilement, c’était un beau papier beige, épais, noirci d’une écriture cursive. Il n’avait jamais vu l’écriture de Raymond et il pensa qu’elle lui allait bien. Arsène commença de lire en bougeant un peu les lèvres à la manière d’un chapelet qu’on égraine.

Bien Cher Arsène,

Et oui, tu vois, je sais que tu t’appelles Arsène et non Pierre. Le plus menteur des deux n’est pas celui qu’on croit : un bien petit mensonge en réalité pour une si grande cause, l’amitié.

Depuis quelques années, j’étais à la recherche d’un héritier solitaire et sans famille.
Je t’ai remarqué un jour que tu courais après ton chat, en fuite dans les jardins de la résidence. Tu n’avais pas l’air content et cette situation cocasse m’avait fait sourire. Je me suis dit qu’il fallait vraiment être seul pour courir après son chat en plein mois d’août.
Je n’ai pas eu tort.

Monsieur Bourdin, ton concierge, habilement questionné, m’avait dressé un portrait de toi peu flatteur, complété par quelques incises d’une certaine Madame Gisèle, mais cela me convenait parfaitement, il ne me fallait pas quelqu’un de sympathique et d’attachant pour que je n’ai pas grand regret à partir. Et pourtant, je peux le dire maintenant, j’ai regret à partir.

Je me suis entraîné longtemps devant la glace pour faire une belle entrée dans ta vie. Et le jour où je t’ai abordé, j’avais tellement le trac que je t’ai appelé … Pierre au lieu d’Arsène. Après il était trop tard pour revenir en arrière.

Voilà, tu sais à peu près tout de cette rencontre « fortuite », le reste c’est notre histoire.

Arsène je te lègue toute ma fortune. Sa valeur t’impressionnera sûrement. Je l’ai moi-même reçue d’un homme sans lien de parenté avec moi, tout pareil à nous, seul et sans famille. Et, tout comme il me l’avait amicalement ordonné, je voudrais que tu te mettes en quête d’une autre solitude pour ainsi perpétuer l’héritage.

Te voilà suffisamment riche pour parcourir le monde et honorer cette mission, c’est la condition sine qua non pour jouir de tous ces biens. Tu as le droit de refuser bien sûr, mais je te le demande comme un dernier service, au nom de ton ami Raymond.

Ne te décourage pas, ce ne sera pas facile, mais ne brise pas cette chaîne, elle peut t’apporter de grandes joies, j’en témoigne.

J’ai la faiblesse de croire que je vais te manquer un peu. J’emporte avec moi le souvenir d’un homme bien.
Pardon pour ce chagrin et mille mercis de m’avoir apporté des raisons d’exister.

Ton ami pour toujours.

Raymond Colliquet

  • Vues1273
  • Évaluations12345
2 Commentaires
  1. Loulette 5 jours Il y a

    QUEL BEAU “final;…Car je pense que c’est la fin de cette histoire un peu cocasse, mais tres bien menée!
    Raymond et Arsene finalement ont vécu une belle amitié,un peu particulière mais pas sans intérêt;Et la narratrice a un bien beau talent!Merci Zaza pour ce feuilleton bien sympathique!

Laisser une réponse

©2017 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

7863f386ffaee04a5c27ffb46df9508c--------
ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?