Errance

Je suis comme l’oiseau quand il est de passage,
Un sillage laissé par le cœur et l’esprit
Telle une ombre furtive à l’orée des nuages,
Dessein d’une mémoire aux souvenirs meurtris.

J’aurais aimé voler où le destin me guide,
Porté par le désir d’équinoxes lointains,
Car ce n’est qu’à la fin d’un voyage intrépide
Que l’on sait le pourquoi de tout ce qui fût vain.

J’ai seulement flotté vers d’autres lendemains
Que l’errance est venue couvrir de ciels d’orages
Et de brouillards profonds, occultes et chagrins,
Me laissant oublier de qui j’étais l’image.

Et je vieillis ainsi, hagard et sans lumière,
Effaçant peu à peu de ce corps périssable
Mon être au désespoir de se voir délétère
Et conscient à jamais d’en être misérable.

  • Vues1850
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

ante. justo felis Praesent efficitur. velit, Donec

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?