Eperdument

Que fais-tu donc amour à cette heure précise
Lors qu’au ciel les étoiles éclairent ma chemise
Tu dors assurément dans les bras de Morphée
Et moi je me morfonds de n’être point aimée

ô Narcisse, mon cœur, qui glisse dans mes veines
Puisse l’eau de mon chagrin te noyer dans ma peine
Car le chaos n’est rien ma colère est furie
Me voulant Pénélope, je me meus en harpie

Ciel ! Pardonne-moi, je m’exalte un peu trop
J’imagine sur scène entendre les bravos
Quand Chimène et Rodrigue dans un ultime sanglot
Se séparent dans l’Adieu avant que le grand saut

Z. 🙂

  • Vues1207
  • Évaluations12345
8 Commentaires
  1. VikThor 2 mois Il y a

    belle lecture. merci pour ce partage

  2. Loulette 2 mois Il y a

    Parfois notre vie peut ressembler a une pièce de théatre…..Nous en sommes les acteurs!

  3. Gilles LORPIN 2 mois Il y a

    Il vaut mieux être acteur de sa propre vie comme tu dis mais moi je reste spectateur de ce si joli poème
    Belle soirée à toi
    Gilles

    • Auteur
      Zaza_Dabord 2 mois Il y a

      Oh merci Gilles, c’est très sympathique de ta part…
      Ce sont des petits mots tricotés au hasard
      Qui donnent quelque chose un peu sans le vouloir 🙂
      Bise soleil
      Z. 🙂

  4. etincelle 2 mois Il y a

    Fluide et bien pesé, le tout enchante.

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

libero. diam dapibus at luctus Praesent id, felis lectus

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account