Enferme moi, j’étais la clef.

Quand je l’ai enroulée dans le papier de son bonbon
elle rigolait comme une folle
et dans mon dos tournait et tournait le mécanisme de ma vie,

je lui ai fait une énorme bulle pleine de clou avec mon chewing-gum
en peau de fakir
Il y avait des petites flammes dans ses yeux trop près de mes yeux
elle a éclatée et de la pluie en acier est venue mouiller mon marteau
que je tenais sur la bande d’arrêt d’urgence
de l’autoroute du carnage,

Des buissons frissonnants
me sont parvenus les mots d’amour
chuchotés par l’écho blottit a l’ombre
d’un des fantômes du soleil couchant
ça en faisait des intermédiaires et des bobards
j’ai haussé les épaules
et un oiseau en est tombé
longeant une des veines de mon bras
qui gisait en dehors de mon rêve
avec le morceau mangeable de ton cauchemar.

printemps et camisoles sont les chemises de l’épouvantail
la liberté n’a pas de père

Elle suce un petit bonbon
une liasse de ses cheveux froissés dans ma main
et elle se sert de son sourire a l’infinitif
pour me tendre le papier de ce bonbon
où s’enroule ma cervelle
bien a l’abri de ses dents.

  • Vues1414
  • Aime0
  • Évaluations12345

7 Commentaires
  1. Arty Zhanal 4 ans Il y a

    en parlant de camisole …

  2. Luigi 4 ans Il y a

    Cher Rodolphe, je t’ai reconnu ! Je veux dire que j’ai reconnu cette écriture ensemble superbe et très singulière. Heureux de te relire à nouveau : je veux encore des perles poétiques.
    Ah! au fait, ne te frappe pas de la survenue du petit artichaut (voir + haut), c’est un amusant personnage, pas très intelligent, assez immature et qui croit, le malheureux ! savoir écrire…Il pond, assez régulièrement, de minces cacas dépigmentés qu’il pense Rimbaldiens. Il se soucie peu de la cohérence interne du poème, du moment qu’il sait compter les pieds : ainsi, dan un de ses “poèmes” une horloge jappe et la jeep dérape !!…Misère ! rires! Tu sais que je ne suis pas cruel : la sottise de ce petit éjaculateur précoce dont les plaisirs doivent se placer dans la triade : yop+onanisme+ site porno ( ces deux derniers étant couplés!), sa sottise, donc, le met à l’abri des désillusions. Les crétins sont les heureux de ce monde sublunaire, tu le sais bien. “béate paupere spiritu”, dit l’Évangile : heureux les pauvres d’esprit.
    Bien a toi,

    Luigi.

    • Arty Zhanal 4 ans Il y a

      tu as vu gros con ça parle de toi ce poème débile, je cite “elle suce un petit bonbon”
      autrement dit le kiki de ta petite folle (petite fiotte). Dis donc tu t’es pointé tard occupé surement pauvre choupette avec ton mignon dans les toilettes.

    • Arty Zhanal 4 ans Il y a

      visiblement tu es ramolli du bulbe, je t’obsède à ce point pour que tu viennes alimenter ta hargne au fil de mes mots, t’es rien qu’un chien qui pisse partout.
      La prochaine fois que je publierai, veux tu une invitation plutôt que de venir me lire en cachette pour apprendre quelques mots absents de ton vocabulaire (càd beaucoup) fais gaffe le fiel c’est de l’acide, tu risquerais d’en éjaculer une dose mortelle dans le cul de ton petit ami

  3. Auteur
    Randolph Lafayette 4 ans Il y a

    Du calme, toute rixe doit être précédée du rituel de la confrérie des hommes et se terminer par une accolade.

    • Luigi 4 ans Il y a

      Rires ! Mais je l’embrasse virtuellement, notre petit artichaut ! (il est en colère!). Vraiment heureux de te revoir Herr von luckner !

      Luigi.

  4. Ecriveurvain 3 ans Il y a

    Waouuu….Là c’est du lourd! Merci pour tout à tous!

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

facilisis Donec tristique accumsan neque. vel, Donec id Aliquam risus. ut

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account