Effet de nuit

Sur le mont chauve où se couchent les vents d’hiver,
Des vagues sombres tordent les troncs décharnés,
Et les pierres, nimbées d’une lueur austère,
Forment une ronde de fantômes morts-nés.

Livide, la lune verse ses larmes blanches
Qui s’amoncellent en silence sur les branches,
D’un vieux clocher noyé dans les brumes opales
S’échappe un tintement étouffé comme un râle.

Le gel des étoiles scintille sur les toits
Où tremblent en geignant les enfants de la nuit
Sur la toile se traîne l’épeire transie.

Auprès d’un calvaire où la souffrance tournoie,
Monte une complainte de pauvres égarés:
“Mon Dieu, mon Dieu, qui avons-nous abandonné?”.

  • Vues1138
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires
  1. Di Ame 3 ans Il y a

    Quel écrit ! Une force en vos mots…

    Qui avons nous abandonné?

    La respiration d’Aimer. ..

    Merci pour ce cri & belle journée à vous

    La lueur de quelques étoiles sur votre souffle. .

    Amicalement

    Di-Ame

    • Auteur
      banniange 3 ans Il y a

      Merci Di Ame de votre profond commentaire, j’aime beaucoup “Les lueurs de quelques étoiles sur votre souffle”.Belle journée en retour

  2. antoinou 3 ans Il y a

    on sent le froid et la nuit
    heureusement les mots sont chauds
    amicalement

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

elit. porta. elementum dapibus libero Lorem sed id mattis libero.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account