Dès lors

Dès lors,
je t’aime à chasser la vaine,
la miner sans râles, perçant de dédales,
les ruminations moribondes, et excavant le meilleurs,
d’un pas sûr qu’envoûte, encore bellement haletant,
les chants de tes promesses, éminences lointaines à l’écho si près.

  • Vues1597
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

tempus vel, consectetur mattis venenatis nunc ipsum diam

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?