Corps Célestes

Des arbres déchoient des amas de feuilles,
De par la verrière, la chute de l’ange s’y vit,
Dégringolant des cieux, s’affaissant contre les tiercefeuilles,
S’y reflète son aura lésée derrière les persiennes assombries.

Un corps céleste en deuil,
Et d’où les foules abasourdies,
Craignant la terreur de nouveau se déchaîner jusqu’aux cercueils,
Se mirent en ronde et supplièrent le génie.

Lésée de son amertume, son halo nous accueille,
Nous, population ébahie,
Aspire à combattre notre deuil.

Se dressant parfaitement sur le seuil affranchi,
L’ange désemparé à quelques pas du treuil,
Laisse derrière lui une foule délaissée de son mépris.

  • Vues2229
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

id consequat. velit, ut ut commodo ipsum

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?