Conversation dans le jardin

Conversation dans le jardin

Des orchidées, des cyclamens, des jonquilles
Un parfum, une arôme à la vanille
Un son, une chute d’eau
Un chant d’allégresse
Une nature enchanteresse

Un arbrisseau dans un coin
Regarde une rose sauvage
Parmi une gamme de fleurs exotiques
Que pourras tu ajouter
À ce spectacle féerique?
Es-tu magique?

Oui je le suis
Dans la grâce et l’élégance
Je persévère dans ma magnificence
Pour l’œil subtil qui voit mon âme
Je suis décorée d’une beauté surnaturelle
En étalant mon éclat le plus pur
Une exubérance de splendeur irréelle
Embaume ce jardin
De mes doux parfums

Et toi petit arbre insignifiant
 quoi sers-tu?
Ma taille est toujours bénéfique
Et permet de repousser de manière magnifique
Donnant une dimension humaine à ce paysage
En te couvant de mon ombrage ma petite amie
Je te protège contre les intempéries
Floraison du printemps, maturité de l’été
J’évoque la beauté, l’élévation, la liberté
Je porte les fruits du printemps, le déclin de l’hiver,
Je raconte la vie et son mystère

Quelle grâce mon frère!
On a fait de cette merveille
Un monde de paix et de beauté
Où l’humanité peut rejoindre la spiritualité

  • Vues1655
  • Aime0
  • Évaluations12345

4 Commentaires
  1. Alain 4 ans Il y a

    Nous les humain ,on a fait trop de mal à “cette planète” .Et si la Nature pouvait parler …ça serait plutôt sa…

    Exemple pour la Mer :
    “Je suis l’Océan. Je suis l’eau. Je suis la plus grande part de cette planète. Je l’ai formée. Chaque ruisseau, chaque nuage, chaque goutte de pluie.
    Et tout revient à moi.

    D’une manière ou d’une autre, tout ce qui vit ici, a besoin de moi. Je suis la source.
    Je suis le lieu d’où tout est sorti.

    Les humains ?
    Ils ne sont pas différents. Je ne leur dois pas la moindre chose. Je donne. Ils prennent.
    Mais je peux toujours reprendre. Cela a toujours été ainsi.
    Ce n’est pas leur planète, elle ne l’a jamais été, elle ne le sera jamais.

    Mais les humains prennent plus que leur part, ils m’empoisonnent et ils s’attendent à ce que je les nourrisse ; ça ne marche pas comme ça. Si les humains veulent exister dans la nature avec moi, et à mes crochets, je suggère qu’ils m’écoutent bien, car je ne le répéterai pas. S’ils ne veillent pas à la bonne santé de la nature, les humains n’y survivront pas. C’est aussi simple que ça.

    Moi, avec ou sans les humains, je m’en contrefiche, je suis l’Océan, j’ai autrefois recouvert cette planète entièrement, et je peux encore la recouvrir si je le veux. C’est tout ce que j’ai à dire.”

    • Auteur
      ayouda 4 ans Il y a

      Je suis amplement d’accord avec vous. On ne mérite pas toute cette beaute que Dieu a créée.

      Merci du partage. Bonne journée.

  2. Pooete 4 ans Il y a

    Salut ayouda.
    Dans un poème il y a toujours une phrase qui me séduit plus particulièrement, ici, c’est:
    “Je porte les fruits du printemps, le déclin de l’hiver”
    j’adore ce genre de poème …

  3. Vert Citron 4 ans Il y a

    Le monde des fleurs et des arbres ,la nature que j’aime ,,,

    Merci pour ce texte

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?