CHEVEUX DIRE

Ca vous fait rire ? Je vois bien que cela vous fait rire, je perds mes cheveux. Comme une pelade, c’est franchement pas de la rigolade. Je me déplume par endroit et ça me met la tête à l’envers. Vous voyez, j’ai gardé celui que j’ai dans la main mais celui que j’ai sur la langue est tombé. Il a même accroché dans sa chute une de mes dents de devant. Dent que je réserve d’ordinaire à Monsieur Tatouf, mon coiffeur. Oui j’ai une dent contre lui, il m’énerve à toujours couper les cheveux en quatre quand on lui demande rien. En plus il veut toujours avoir raison, c’est pas parce qu’il travaille avec deux bacs qu’il peut se permettre de refaire le monde. Après ça fait des nœuds au cerveau. De quoi j’ai l’air ?

Franchement de quoi j’ai l’air, plus de cheveux, une dent en moins comme un trou d’air qui me fait chuinter dès que je parle avec trop de « s » dans la bouche. Je vis un drame, un véritable drame. J’étais beau comme le soleil. Je ne suis plus beau, je suis même de plus en plus moche. J’aurais dû quand il était encore temps bâtir une famille, un foyer, une maison avec des fleurs autour. Je suis seul, sans femme, sans enfants, sans amour. Maintenant je vais finir « célibamoche ». C’est sûr dans la déconfiture.

Je crois qu’on m’a jeté un sort. Non ne riez pas encore une fois. J’ai lu un livre très sérieux sur les Incas. Il parlait de jalousie. Mais pas que de ça. Il disait que lorsqu’on était trop trop trop, trop de tout, trop de bien, trop de plus que parfait, avec la chance qui couronne le tout et bien rien qu’avec toutes les ondes négatives de tous les gens envieux qui vous pilonnent comme des missiles, on pouvait être réduit en miettes, perdre tous ses pouvoirs, toutes sa vitalité. Tous ces biens qui finissent mal… Je crois que Tatouf a tout fait pour que je ne sois plus que l’ombre de moi-même. C’est lui avec son air obséquieux jusqu’à la remise du pourboire.

Tel que vous me voyez, là, maintenant, tout de suite, je ne suis plus rien. J’aimerais avoir des cheveux dans le vent, libres comme on les a au bord de la mer, j’aimerais avoir le sourire plein les dents. Je n’ai pas assez souri. Vous avez remarqué, on ne rit jamais assez et quand on veut rire il est trop tard.

Z. 🙂

  • Vues1184
  • Évaluations12345
9 Commentaires
  1. Jeanlegentil 4 mois Il y a

    Oui ça me fait rire ce texte.

  2. REVEPOURPRE 4 mois Il y a

    ah tiens il fallait rire??rires

    je répondais au petit copain de l’Esat!!

    moi je te réponds….pour éviter ces désagréments…..vite PETROLE HAHN!!!!lol

    bonne nuit

    RP

  3. Loulette 4 mois Il y a

    PLEIN D’HUMOUR POUR RACONTER LES ALEAS DE LA VIE QUI AVANCE…..il faut en rire!!!!ça dédramatise; amities

  4. Béasse jean pierre 4 mois Il y a

    Tu as remarqué sans doute : Just’après ton texte, il y a cette pub sur la chute des cheveux ET just’après encore, une pub pour perdre du ventre, le sujet de ton texte d’avant (celui où Loulette te répondait cette jolie phrase de son mari sur ses rondeurs : Cela fait plus à aimer !
    Bonne journée, tu, vous, Zaîa et toi, êtes jolie comme tout

    • Auteur
      Zaza_Dabord 4 mois Il y a

      C’est drôle effectivement, je n’avais pas remarqué. 🙂
      C’est pas le texte dont je suis le plus fière mais c’était un exercice alors j’ai pu ce que j’ai pu sur l’instant 🙂
      Amitiés soleil
      Z. 🙂

  5. Béasse jean pierre 3 mois Il y a

    merci de me répondre,
    merci de nous écrire

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

vel, felis eget eleifend accumsan Aliquam
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account