C’est triste, mais c’est aussi la vie

Je te vois triste corps
Et me lamente encore.
Ma détresse s’affirme,
Quand j’aperçois l’infirme.
Pauvre personne vile
Ton temps est immobile.
Comment puis-je sourire
Quand je suis rempli d’ire.
Les jambes me haranguent
Ils avalent ma langue.
J’ai l’air d’une ganache
Lorsque ma tête lâche
Je ne me tiens pas droit,
Je me sens à l’étroit
Dans ce fauteuil roulant
Et deviens nonchalant.
Le matin je me lève
Mais plus rien ne m’élève.
J’ai rêvé de passion,
De bonnes relations,
Personne n’est venu
Voir ce pauvre inconnu.

Triste est ma destinée
Lugubre est ma journée
L’amitié, je l’attends ;
Je hais les bien-portants
Au regard objectif
Ils me rendent craintifs
Leurs verbes sonnent faux,
Ils scrutent mes défauts
De façon indiscrète.
Je perçois la charrette
Des bannis m’emmener
Vers l’oubli des damnés.

A la nuit du tombeau
Je me sentirai beau
Sans invalidité
Et sans identité,
Ma poussière anonyme
Plongera dans l’abîme
L’enveloppe débile
Qui m’échauffait la bile.
Je serais comme autrui
Dans l’éternelle nuit.

  • Vues1658
  • Aime0
  • Évaluations12345
2 Commentaires
  1. Jeanlegentil 2 années Il y a

    Bravo David

    Moi aussi je suis handicapé.

  2. Auteur
    DavidFrenkel 2 années Il y a

    Merci Petit Jean

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

sem, risus. sit tempus mi, venenatis, Praesent lectus felis

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account