CE QU’ON APPEL LA VIE

CE QU’ON APPEL LA VIE

 

J’ai erré longtemps dans un monde a qui je voulais y croire

Je me suis acharné à trouver le beau, le bon, dans ce monde

Je me suis heurté à plusieurs reprises à des obstacles innombrables

Je me suis fais mal à plusieurs reprises, j’ai trébuché, tombé

Je marchais comme un aveugle, en croyant avoir trouvé le bon chemin

Je croyais trouver le jour au travers de la nuit plein d’embûches

Je faisais confiance a tout et chacun croyant à leur sincérité

Oubliant les épines du passé, je retrébûchais sans le savoir sur d’autres épines

Mon corps devenait de plus en plus meurtrit, plein de plaie cicatrisée

Tout comme un rosier, pour parvenir à la fleur fallait se piquer à chaque fois

Ses branches sont remplit d’épines pour protéger sont beau fruit odorant

Pour parvenir à la rose fallait apprendre comment la cueillir sans se blesser

J’ai voulu chercher le beau de ce monde changer, mais changer pour du négatif

Je regarde autour et voit plus d’égoïsme et un autre Dieu que j’ai connu

Le Dieu pour la majorité c’est celui de l’argent, et le pouvoir renverser

Toute cette entraide que j’ai connue dans ma jeunesse disparaît très vite

Je ne la retrouve le plus souvent que dans ma génération ou très peu dans la nouvelle

Je comprends Socrate qui en plein jour avait un fanal allumer dans Atene

Et cherchait un homme honnête et avait beaucoup de difficulté à trouver

Le monde en général sont tellement remplis de préjugés que ca les rend aveugle

L’amour parlons en de l’amour est rendu un sentiment très personnel a sois

Et c’est pourquoi je dois marcher avec un fanal toujours allumé pour ne pas trébucher constamment sur la route remplis d’obstacles épineux

L’ignorance plane comme des nuages sans fin, car trop croient détenir la vérité

Ils embrouillent le ciel de leur ignorance pervers et se plaigne toujours constamment, comme si les nuages gris venaient des toujours autres

Le jour ou le monde deviendront sincère et regarderont le ciel au lieu de l’argent leur yeux s’ouvriront et la vie sera moins monotone avec plus de respect et plus de sentiments vrai

Ce jour est encore loin malheureusement

Continuer honnête gens tout comme moi a traîné votre fanal même si il est lourd a porter

Il faut un début pour que les portes du ciel s’ouvrent à nouveau et que la paix revienne.

 

Jean (algercat)

  • Vues1209
  • Évaluations12345
0 Commentaires
  1. AngelStella 3 années Il y a

    Un poème avec beaucoup de vérité

    Amitié

    • Auteur
      algercat 2 années Il y a

      Merci Angel
      Ce que j’ai écrit est la façon que je le vois et que beaucoup le perçoivent
      Merci de me lire
      En toute amitié de Longueuil

      Jean

  2. kikinou 3 années Il y a

    je confirme

  3. Victor 2 années Il y a

    Bravo

    Jolie poème

    Amicalement

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

libero quis, fringilla leo. libero. dolor Donec Sed

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account