Caché dans un tiroir

Elle est partie un jour de ses ailes mordorées,

En jetant sur tes vers, un voile de soie nacré.

Dans tes fébriles nuits, ta plume tes pensées errent,

Ton cœur s’est arrêté, tes rimes sont toutes à terre.

 

Caché dans un tiroir à l’abri du grand jour,

Tu pleures des souvenirs, qui survivront toujours.

La fougue du printemps et ses petits caprices,

Demain feront une place à de sombres délices.

 

Quelques mois sont passés sur ton lac d’amertume,

Des flots de tristesses en alimentent l’écume.

De pensées éphémères en nuits sans oraisons

Son ombre est encore là, résonne encore son nom.

 

Elle est partie un jour, forcée par son destin,

D’oublier de ses jours ces baisers si divins.

Bien plus que tu ne le crois, son absence étudiée,

N’avait pour d’autre but que de mieux t’évincer.

 

Reviendront des caresses alimenter ta vie,

Lorsque seront vidés les nuages alourdis,

Par des larmes déçues d’un passé fabriqué,

Qui ne retiennent en eux, qu’amour bien étudié.

 

L’envie le courage et ses visages multiples,

Feront de toi demain leur plus sage disciple.

De vers ensanglantés en rimes plus que croisées,

Tes écrits ne pourront que par toi être aimés.

 

Stéphane CHENEVAS-PAULE

28 février 2007 – 18 avril 2017

  • Vues2087
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. Jeanlegentil 5 ans Il y a

    Bravo c’est très joli.

©2022 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

luctus sem, efficitur. Curabitur id, mi, ultricies libero accumsan quis, fringilla dictum

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?