Belle inconnue

  • J’étais là comme on erre sur ces terres arides
    Aux crevasses profondes, au loin le désert
    Le cœur vide et la pensée futile
    Un être misérable, un abysse géant
    Cette inutile force sur ces sables mouvants
    Puis quelques mots de vous, et le ciel apparaît
    Déchirant d’un seul trait ces bien sombres nuages
    La lumière se fait douce, le temps est suspendu
    Cette brise délicate qui bruisse autour de moi
    M’entraîne à son gré vers l’horizon lointain
    Je m’évade et je rêve, vers ces lieux si secrets
    Oú attend le mystère de cette belle inconnue.
  • Vues1010
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2018 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

vulputate, elit. ultricies elit. eleifend lectus id, ut nunc ut dolor

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account