Bacchanales II

Ô toi! que la folie rend si belle de nuit,
Les charmes dénudés de tes transes nocturnes
Valent tout le velours et toutes les cothurnes
Dont l’on ne peut tirer qu’un luxe plein d’ennui.

Quand vient le crépuscule et que le jour s’enfuit,
Ta splendeur peut freiner la course de Saturne ;
Et, d’une main posée sur son cœur taciturne,
Tu fléchis du Destin le plus solide appui.

L’âme qui vit en toi, sublime adoratrice,
Prêtresse hallucinée de cultes indécents,
C’est l’antique Plaisir qui réchauffe les sangs!

C’est la vigne couvrant la roche castratrice
Méprisée par Cybèle, et qui d’elle se rit ;
Sous les pavés de Rome, un souvenir fleurit!

  • Vues2583
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. ÖdeLa 3 ans Il y a

    C’est si rare de lire ici de la belle poésie ….que cela mérite d’être souligné! Un beau sonnet

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

odio dapibus libero vel, leo felis in diam efficitur.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?