au troisième tour de galaxie

Inexorablement, au sablier du temps,
Les bras de galaxies, les amas qui s’agitent,
Goinfrés par les trous noirs, délaissent leurs orbites,
Et traversent la terre en photons ionisants.

Poussière première, mariée par les vents,
Brûlée par les orages, les feux qui crépitent,
Soupe originelle bouillant dans les marmites,
Tous, nous lui devons la vie, des petits aux grands.

Futiles, insignifiants, sans autre manière,
Nous rendrons au cosmos son inerte matière,
Sans avoir réussi à vraiment concevoir,

Malgré les télescopes, les beaux théorèmes,
Malgré la station MIR, le cumul du savoir,
Que rien ne survivra aux pollutions extrêmes.

  • Vues1367
  • Aime0
  • Évaluations12345

2 Commentaires
  1. EricS 4 ans Il y a

    Je trouve les deux quatrains sympa, mais pas les deux tierces, surtout le vers final, ce n’est que mon avis hein. Trop d’écart entre les deux parties, une traitant de l’univers, certainement pour situer la place de l’homme, et l’autre passant sans transition à ce que fait l’homme de sa place, c’est ça, je trouve qu’il manque une transition entre les deux parties. Bye.

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

diam felis sit venenatis, pulvinar Sed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?