Au pays d\’Aloïs…

Au pays d’Aloïs…

Assise sans bouger derrière sa fenêtre,
Ses yeux dans le lointain qui ne regardent rien,
Ses pensées voyageant au-delà de son être,
Elle a tout oublié de sa vie et des siens.

Tout avait commencé par de vagues oublis,
Puis les noms, les prénoms qui se sont effacés,
Les visages ensuite ont empli l’amnésie,
Et même le présent a fini par céder.

Elle n’a souvenir que de sa vie naguère,
Quelques bribes d’enfance allument son regard,
Elle croit reconnaître en sa fille sa mère,
Puis la lampe s’éteint, sa mémoire s’égare.

Elle vit ou survit, juste par habitude,
On l’oblige à dormir, on l’oblige à manger,
Au milieu de la foule elle n’a que solitude,
Son esprit s’est fermé, tout lui est étranger.

Elle s’est emmurée au sein de sa demeure,
Drapée dans ce carcan que son oubli lui tisse,
Sa maison porte un nom, c’est celui d’Alzheimer,
Ne reste plus qu’un rêve au pays d’Aloïs.

  • Vues1951
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

nunc fringilla id ipsum Lorem velit, nec

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?