Au delà de la vacuité humaine

Transperçant de son glaive une femme apeurée

Au nom de dieu

Prosterné face au roi qui lui donna l’épée

Il s’incline

En sa famille tressant un nœud gordien désespéré

Il s’enchaîne

Naître, vivre et s’effacer d’une trace destinée

Il médite, assoiffé

Quel est donc cette vie ou je dois m’incliner

N’est il pas en mon âme, rêve de liberté

Non que je veux aimer

Mais quitter, c’est tuer

Au delà de la vacuité humaine

Je me prosterne

De la famille des sots, des privilégiés

Je suis bien né!

 

Il est alors normal de souffrances éprouvées

Il me faut l’accepter

 

  • Vues1283
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires
  1. Gabrielle 3 ans Il y a

    à méditer mais pas forcément à accepter

    @micalement

  2. Auteur
    peon 3 ans Il y a

    bonsoir gabrielle,

    en effet cela ressemblerait plutôt à un psaume

    belle soirée comtesse

    péon

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

elementum sem, amet, elit. libero leo Aliquam ante. velit, libero justo

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account