Au choix de ses souffrances…

A travers les barreaux de ma prison
J’entraperçois
des passants
qui déambulent,
Sur le boulevard.
La pluie tombe en fines gouttelettes ;
Moi je suis confiné en ce lieu,
Etroit .
La vie s’écoule sans heurt,
Mais sans saveur.
Je m’étiole ;
Autrefois, il y a longtemps,
j’aimais marcher sous la pluie,
J’aimais respirer les mille odeurs qui se réveillent avec elle,
J’étais plus téméraire,
présent.

Mais le temps fait sa grande lessive de l’espérance
Il nous renvoie aux souffrances de l’âme;

Alors …

Quand rien ne compte plus vraiment,
Quant on a fait ses comptes, et que finalement,
C’était plutôt satisfaisant;
c’était bien;
c’était…
La lassitude succède à l’ennui,
On disparaît petit à petit,
on se recroqueville
Doucement,
tranquillement,
et le chahut du monde d’en bas,
Devient une astérisque,
comme un renvoi,
Dans le grand livre de notre vie

Un matin je déciderai de ne pas me lever
Un matin, je partirai,

Ou bien alors je me reconstruirai !

  • Vues1371
  • Aime0
  • Évaluations12345

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

risus quis luctus venenatis, consequat. quis, dolor. sed vulputate, tempus non

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?