Arbres d’abris pluies

Halogenes neon,

Ombelle se promené,

Arbres d’abris pluie

Si ternes grises nuit

 

Au beauté d’exclamé ,

A postals agrandir

Au tellement de manques

Au lenteur de l’encres

 

Alors si notres

Au defauts difformes

Ou personnes noue

Fougue à allures douces

 

Au febriles des doigts

Au stylo haut de manière

Siffles l’eau des cernes

Au sterils froids

 

A perimé de l’epilogue

Au selon de disques du prieres

Au croyons a notres espoir se recule d’ivresse

Delivré au A5 du clavier deposes,

 

A lunes perdu ,recours d’usures

Au mains nus de cte t’espace reve

A loin de sinueux ,du desirs tant tumultes

Au paris ciels et ses eclairages verveines

 

Sur une lignes reformeuses

Sur un cil brin d’iles d’orageuses

A lyriques de souls musiques

et dessus d’hier

 

Puis au reperages

Hauteur des siecles clé d’univers

Epoques symetriques et courages

Solides lire ,

et au continu des sommes de prenom que l’on aeres …

 

  • Vues1570
  • Aime0
  • Évaluations12345

1 Commentaire
  1. personne 7 jours Il y a

    Univers poétique, original.
    A relire.
    La musique est là !
    Les couleurs se déconnectent de la toile.
    Vertige de la plume dans un drapé d’images hors des cages.

    Personne

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

id eleifend leo ut lectus diam dapibus

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account