Apollon

Apollon

Il était beau et pénétrant
Attirant comme une bête sauvage
Ses cheveux longs et clairvoyant
Vous emportaient dans ses voyages
Des yeux perçants, muscles bandants
Un Apollon que rien n’écrase
Il était grâce et affolant
Affolant tout son entourage

Sa voix au ton de délivrance
Présageait de luminosités
Marchant dans les rues de Calandres
Chacun ne cessaient de trembler
Il connaissait ce cœur qui tremble
Cet attrait vers vénusté
En usait jusque ses phalanges
Pour caresser, pour caresser

Puis un jour il pris sa revanche
Condamnant toutes ses beautés
Il sacrifia son visage d’ange
Grossit son ventre de manger
Et plus aucune fille archange
Ne s’arrêtait sur son passé
Il avait gagner sans souffrance

La liberté de ceux qui pense
Qu’aux yeux nous devons être aimer

  • Vues3002
  • Aime0
  • Évaluations12345

16 Commentaires
  1. Raymond 3 ans Il y a

    Comme quoi on revient des belles théories, ce qui compte est à l’intérieur et là est la différence…
    Merci du partage
    Cdt
    Raymond

  2. REVEPOURPRE 3 ans Il y a

    un vrai Apollon quoi

    bonne nuit

    RP

    • Auteur
      michel 3 ans Il y a

      bonjour rêvepourpre,

      j’espère que lorsque vous dites ces mots, vous imaginer bien que ce pauvre diable préfère scarifier son corps, pour qu’on y voit que le courage.

      belle journée

      m.

  3. Auteur
    michel 3 ans Il y a

    bonjour raymond,

    vous avez raison, ce texte sans fioriture nous conte comment le physique détermine tout sur son passage, mais heureusement certains hommes, certaines femmes n’ont que faire de ces opinions et préfère scarifié leur âme au risque d’être dans dans l’abandon. Mais quel courage d’oser cela.

    merci pour les encouragements

    belle journée

    m.

  4. Auteur
    michel 3 ans Il y a

    Comme nous sommes roi de nos poèmes , je me fait mien de transformer, un mot sur le troisième couplet: de sacrifier je met scarifier, qui me semble beaucoup plus violent.

    et comme cela au passage, chaque jour je viendrai changer, un mot dans ce vers paysage, histoire d’être le plus commenté!

    • EricSatie 3 ans Il y a

      Pardonnez-moi d’être un peu taquin, mais il me semble que “scarifier” est beaucoup moins violent que le mot “sacrifier”, dans ce contexte mythologique : pour sacrifier une victime, c’est-à-dire procéder à son immolation, on l’égorgeait avant de la livrer aux flammes;La scarification est une pratique consistant à effectuer une incision superficielle de la peau humaine…Une petite écorchure du derme qui nécessite un peu de mercure au chrome !!

      Bonne soirée,

      ES

      • Auteur
        michel 3 ans Il y a

        avez vous déjà embrassé le visage d’un homme vérolé.

        bonne nuit

        m.

        • EricSatie 3 ans Il y a

          En règle générale, je n’embrasse jamais les hommes. Sans doute vous ais-je offensé par ma remarque ci-dessus, sourire… mais la réponse sibylline que vous me faites n’a que peu de rapport avec ladite remarque … Elle est seulement un peu “bukowskienne”, car il semble que vous soyez un peu comme ces fans de Claude François qui s’identifient si bien à leur idole qu’ils en perdent les quelques microgrammes de personnalité que leur avait alloué la Providence…J’ai dû encore, et sans le vouloir, vous offenser sur un autre de vos poèmes ( “aux militaires de jepoeme” ) que vous avez effacé au motif que j’y relevais une petite innovation grammaticale assez drolatique “ennervisser” pour “enivrer” ! Mais tout cela n’est rien… “Avez-vous déjà embrassé le visage etc…” : mettre un tiret.

          Très bonne nuit, monsieur Bukowski !

          ES

          • Auteur
            michel 3 ans Il y a

            ericsatie,

            il me semble assez évident que j’apprécie Henry Chinasky. il est assez aisé de voir que la photo de mon profil est celui du brave Bukowski. De là à croire qu’il est “idole”, il y a un pas et mes soucis ne sont pas ceux de ce grand homme, de l’époque de ces écrivains américains non-soumis.
            quand à vos commentaires de l’enivrante facétie, je ne suis pas ce genre d’homme que des remises en cause blesse, par un vocabulaire mal fait ou bien qu’a mes yeux je réinvente.
            SI j’ai supprimé le texte sur les militaires, c’est qu’après quelques réactions, je reconnu bien mon erreur.
            Vous me dites être un “fan” vivant aux grâces de son idole. Mais je crois bien que chacun construit sa propre vie, peut-être armé par référence à des auteurs de génie ( Bouddha, le christ, mahomet, et feu simone de beauvoir, pourquoi pas George Sand?).
            Si vous étiez un peu plus tendre, vous accepteriez que des gens ont de leur présence, de leurs mots posés, un peu de cette influence qui vous inspire mais ne remplit en rien ce qui remplit vos pensées.
            vos interventions sont sympathiques et je n’y voit aucune rage et à mon tour je vous demande: ” Qui dans votre vie a su vous inspirer?”

            m.

  5. Auteur
    michel 3 ans Il y a

    Apollon

    Il était beau et pénétrant
    Attirant comme une bête sauvage
    Ses cheveux longs et clairvoyant
    Vous emportaient dans ses voyages
    Des yeux perçants, muscles bandants
    Un Apollon que rien n’écrase
    Il était grâce et affolant
    Affolant tout son entourage

    Sa voix au ton de délivrance
    Présageait de luminosités
    Marchant dans les rues de Calandres
    Chacun ne cessaient de trembler
    Il connaissait ce cœur qui tremble
    Cet attrait vers vénusté
    En usait jusque ses phalanges
    Pour caresser, pour caresser

    Puis un jour il pris sa revanche
    Condamnant toutes ses beautés
    Il scarifia son visage d’ange
    Grossit son ventre de manger
    Et plus aucune fille archange
    Ne s’arrêtait sur son passé
    Il avait gagner sans souffrance

    La liberté de ceux qui pense
    Qu’aux yeux nous serons désirer

  6. Gabrielle 3 ans Il y a

    je dois dire que la première version me plaît beaucoup
    mais il est bien difficile de se faire aimé pour ce que nous sommes et non pour notre physique
    on dit que la beauté ne se mange pas en salade où que la beauté passe mais que la beauté du coeur est éternelle mais pour cela il faut beaucoup d’abnégation pour le remarquer si vous n’êtes pas un peu attirant, et c’est la solitude assurée et rester toujours dans l’ombre de quelqu’un
    sourire
    @micalement
    V***

    • Auteur
      michel 3 ans Il y a

      bonjour petit ange,

      merci pour ton intervention et tes propos de juste et triste raison.

      belle soirée

      m.

  7. Auteur
    michel 3 ans Il y a

    aujourd’hui je changerai ce vers du troisième couplet

    “engrossant son ventre de pêchés”

    bonne nuit

    m.

  8. Auteur
    michel 3 ans Il y a

    ericsatie,
    cela me semble un peu bien drôle quand on utilise un pseudo si connu pour son piano de parler d’une idolatrie. nous sommes tous influencés et tant mieux, par son père, sa mère, des artistes ou de petits vieux! alors bien sur que la photo est celle de chinaski, cela ne veut pas dire qu’il est moi ou que je suis lui.

    belle soirée

    m.

  9. Auteur
    michel 3 ans Il y a

    nouvelle retouche à mon poème au premier couplet:

    Il était beau et pénétrant
    Attirant comme une bête sauvage
    Ses cheveux longs et clairvoyant
    Vous emportaient dans ses voyages
    Des yeux perçants, muscles bandants
    Un Apollon dans son étrave
    Il était grâce et affolant
    Affolant tout son entourage

    Sa voix au ton de délivrance
    Présageait de luminosités
    Marchant dans les rues de Calandres
    Chacun ne cessaient de trembler
    Il connaissait ce cœur qui tremble
    Cet attrait vers vénusté
    En usait jusque ses phalanges
    Pour caresser, pour caresser

    Puis un jour il pris sa revanche
    Condamnant toutes ses beautés
    Il sacrifia son visage d’ange
    Grossit son ventre de manger
    Et plus aucune fille archange
    Ne s’arrêtait sur son passé
    Il avait gagner sans souffrance

    La liberté de ceux qui pense
    Qu’aux yeux nous devons être aimer

    belle soirée

    m.

  10. Auteur
    michel 3 ans Il y a

    flute! rêvepourpre m’a doublé. normal son sujet est d’acier, mais je vais revenir….

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

elementum ut mi, vulputate, vel, porta. dapibus risus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?