Agonie arrosée

Accroché à ce barbelé empoisonné
L’ombre s’écrase et efface
Une simple vie aussi mutilée
Qu’une craie au fond de ma carcasse.

Insondable illusion d’un amour cramoisie
Les flots résonnent comme des poissons,
La chair immaculée s’est assombrie
Dans les abysses abîmées de poisons.

Les veines remplies de tisanes chaudes
Fécondent le cœur d’une bombe,
Écrasant les remords de mes odes
Où les nuages du ciel tombent.

Liberté véhiculée par une profusion de mensonges
Les yeux ont perdu leurs égos,
Comme une catabase où le vent me ronge,
Telle une poubelle sans maux.

Attendant la mort fouettée mon corps ensanglanté
Mes muscles se crépitent dans le bitume,
Les ongles ont acéré le peu d’espoir agrippé
Sous les oreilles décollées de mon écume.

Comme un point d’ancrage, les Enfers appellent
Les démons accourent vers cette sortie,
Où les chouettes dessinent une mélodie,
Dont les racines dévorent mes pauvres ailes.

  • Vues1395
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

accumsan neque. nunc velit, venenatis diam tempus elit. vel,

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account