A vous

Qu’il est doux de vous voir ainsi.

Les mots ne sont plus et les yeux,

Vous caressent d’une courbe à demi-

Découverte à l’autre dessinée en creux.

Et je vous vois émoustillée, mouillée,

De ce désir qui flambe tout en vous,

Dessous, dessus votre peau frissonne,

Étoilée de mille baisers gondoliers,

Par cet inconnu, ce humble parolier,

Et ce pouls qui s’accélère, secoue

Vos fibres à ces mots qui papillonnent,

En farandole autour de votre corolle

Qui s’ouvre au matin câlin, se donne,

Vagues crescendo puis qui s’envolent,

Là où les orgasmes vous font lionne !

© Max-Louis MARCETTEAU

  • Vues2471
  • Aime0
  • Évaluations12345

3 Commentaires
  1. loupy 6 ans Il y a

    de bien jolis instants

    sous une tendre plume

  2. Auteur
    Max-Louis 6 ans Il y a

    Bon jour Loupy,

    Merci à vous de votre passage 🙂

    Max-Louis

  3. COURDESSES 6 ans Il y a

    Max,

    C’est rondement mené…
    On en lit peu de cette facture.
    Du style dans le stylo !

    Merci.
    CC

©2021 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

quis, et, id, vulputate, leo eleifend

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?