#27

Plantée au 

Milieu du 

Décor

Elle gît

Fleur sans vie déjà

Aux milles 

Bourgeons

Qui 

Dans la lumière

Crue

Dessinent des 

Ombres

Aux bords à la fois

Nets et déchiquetés

Tranchants 

Comme cherchant à

Vous happer

De l’objet initial

Dont 

Avouons le

Nous peinons à

Reconnaître

La fonction 

Première

Des Hommes

Nombreux

S’affairent 

Autour de cette

Corolle

Quasi 

Surnaturelle

Qu’ils doivent forcer

Comme la pucelle

Le fit d’Orléans

Ils manient des

 Outils 

À la limite du 

Naturel eux aussi

Pour dépecer la

Beste

Enfin l’homme 

Fidèle conducteur de sa 

Machine

En est extrait

Libéré

Et offre à ses 

Sauveteurs 

Au milieu de ces 

Volutes 

d’activités incessantes

Son dernier 

Souffle

 

Ailleurs

Au sein de la 

Ville

Au sein d’

Un immense 

Bâtiment

Laid et 

Fonctionnel

À la fenêtre d’

Une  chambre

Froide et

Stérile

Reflet intérieur de l’

Enveloppe

Mimétisme

Troublant avec un

Architecte 

Dépassionné

À la fenêtre donc l’

Ombre 

Frêle de la

Femme

Semble s’

Affaisser

Trembler  d’

Un ronronnement 

Maléfique

Elle a 

Compris

Avant tous 

Avant que la

Technologie

Ou les Hommes

ne l’informent

Il est parti

Avant 

Elle

Il a 

Menti n’

A pas tenu sa

Promesse

Alors elle n’a plus 

Peur

Elle sait s’

Allonge sur son 

Lit

Seule

Dans cet univers

Où des machines

Ecosystème 

Autonome

La surveillent 

L’assistent

Et offre à leur 

Eternité

Silencieuse

Son dernier 

Souf-

Fle

  • Vues2264
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

venenatis fringilla leo Donec porta. felis diam Aenean

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?