14 juillet 2016

J’aurais dû y être ce 14 juillet au soir,

Avec Maxime, nous aurions dû aller le voir.

Mais nous avons tout deux changé d’avis,

Et sommes allés manger une glace en fin d’après midi

 

Alexis lui, voulait y aller avec un ami,

Et dormir chez moi. Pas sûr que sa mère dise oui.

Je lui avais bien dit que je craignais pour sa sécurité,

Sa mère a dit oui. Vingt deux heures trente il était rentré.

 

Au réveil vendredi, je suis resté bouche bée,

En voyant tous ces anges, envolés de leur baie.

Toutes les images dansaient devant mes yeux en larmes

Et de voir ce camion, utilisé comme une arme.

 

Une horreur sans nom s’est abattue sur nous,

Elle nous suivra longtemps mais droit, pas à genoux.

Faire face à ces actes et regarder demain,

Comme un jour plein d’amour, de cet espoir non vain.

 

Pleurons ces disparus, ces enfants ces familles,

Sur notre promenade, où leurs âmes fourmillent.

Pensons à eux chaque jour, faisons d’eux notre soleil,

Qui éclairera nos jours et nous tiendra en éveil.

 

Stéphane CHENEVAS-PAULE

18 juillet 2016

  • Vues1051
  • Aime0
  • Évaluations12345

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2019 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

Curabitur sem, id ut fringilla dapibus Sed felis commodo id pulvinar

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account