J’accepte

Mon corps est malade.
J’ai la voix. J’ai la voix
cassée.
J’ai froid et j’ai chaud et j’ai faim de rien.
Je suis debout assise par terre sur mon canapé
Avec mon ordinateur j’écris des mots.
Les mots me lisent.

Il est minuit dans deux heures
Entre dormir et rester là, seule avec mon ombre.
Eteindre toutes les lumières sauf Celle que l’on n’éteint pas.
Fermer les yeux, les deux en même temps et
S’oublier dans le passage de la nuit.

Je m’ouvre, il y a un trou.
Je suis le trou.

Je m’ouvre au silence de la nuit. J’accepte et j’accueille l’écoulement des jours. Je ne compte plus. Vingt et un ans déjà. Je ne compte plus. Je ferme les yeux. Je ferme la bouche. Je ferme tout et j’accepte le reflet, je suis le miroir.

  • Vues130
  • Évaluations12345
4 Commentaires
  1. Amarante 2 années Il y a

    J’ai dû le relire plusieurs fois, ce poème, tellement il est impressionnant, accroche et laisse perplexe en même temps.
    Il me rappelle les poèmes de Sabine Sicaud, cette jeune fille morte à la fleur de l’âge après de terribles souffances.
    Si vous ne la connaissez pas, allez la lire, cela éclairera peut-être le trou où vous vous trouvez..

    Amicalement
    Amarante

  2. Photo du profil de lifesof
    lifesof 2 années Il y a

    je suis également impressionnée et touchée,

    Lynda

  3. mamaii 2 années Il y a

    sensible à votre poème, MoiFou, émotion, touchée ,,
    oui Amarante, Sabine Sicaud, ô combien ses écrits bouleversent ,,

  4. Photo du profil de moi-fou Auteur
    moi-fou 2 années Il y a

    ah merci à tous ! j’irais lire Sabine Chacaud je ne connaissais pas du tout !

    Bonne soirée!

Laisser une réponse

©2017 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

523897249a9fd2e6f7a9e70f4610e46788888888888
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account