De blancheur étoilée, se pose la robe d’hiver
Sur la terre en offrande, des majestueux conifères
L’harfang des neiges, succède à l’oiseau qui volette
Le hiémal de saison, aux champêtres pâquerettes

De cette esquisse saisonnière, de nos jours qui se meurent
Se pare du boréal, des ineffables lueurs
Tous ces matins de glace, naissent du royaume d’Odin
Les danses de lumières, font paraître l’aura divin

Ces idylliques fiançailles du blanc et des couleurs
Qui font naître les contes, pour en réchauffer les coeurs
A ces cantiques d’hiver, chantés dans les chaumières
Quand s’endorment les enfants, le rêve plein les paupières

Cette blancheur étoilée, où le coeur tréssaille
En ces instants d’émoi où s’enlève la grisaille
Quand s’exhument nos mémoires, pour conter nos histoires
Car cet hiver du dehors n’enlève pas l’espoir.

Patrice Miredin

  • Vues468
  • Évaluations12345
0 Commentaires

Laisser une réponse

©2017 Jepoeme.fr L'utilisation du site JePoeme.fr implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Règles de confidentialité

bae5dbb59cb2957bc61756511775e618wwwwwwwwwwwww
ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?